Présidentielle Algérie: le bras de fer se durcit entre le peuple et un régime aux abois

Présidentielle Algérie: le bras de fer se durcit entre le peuple et un régime aux abois les propos de Soufiane Djilali, président du parti politique algérien Jil Jadid (Nouvelle génération), est l’invité de l’Esprit d’actu. Dans cet entretien,

Soufiane Djilali, président du parti politique algérien Jil Jadid (Nouvelle génération), est l’invité de l’Esprit d’actu. Dans cet entretien, il revient sur la contestation populaire qui ne faiblit pas en Algérie, mue par un objectif crucial : changer le système politique actuel. Evoquant la corruption quasi généralisée au plus haut sommet de l’Etat, et le projet de loi très controversé sur les hydrocarbures, perçu par certains experts comme une atteinte à la souveraineté nationale, il affirme également son opposition à la tenue de l’élection présidentielle le 12 décembre 2019, qui masque (mal) la volonté de sauver un régime aux abois. A cet égard, l’élection présidentielle tunisienne qui a porté triomphalement au pouvoir Kaïs Saïed, et vu la victoire magistrale du « dégagisme » politique, constitue une formidable source d’inspiration et d’espoir pour Soufiane Djilali, et le renouveau démocratique algérien dont il souhaite l’avènement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.