Tourisme | L’Algérie compte accueillir au moins un million de touristes chinois.

Relance du tourisme | le departement Marmouri arrivera-t-il à relever le défi ? Depuis la création du ministère du tourisme, en 1964, les ministres successifs en charge du secteur ont tenté d’attirer les touristes en Algérie. Leurs stratégies ont-elles été efficaces ? L’actuel ministre du tourisme Hassan Mermouri a réitéré lors de sa visite jeudi dernier à Oran, une série de mesures incitatives, en vogue depuis quelques années, dont celle relative à la tentative d’attirer les touristes chinois et russes. L’algérie compte accueillir au moins un million de touristes chinois.

Patrimoine mondial de l’UNESCO L’Algérie n’accueille qu’à peine 2 millions de touristes, (dont la majorité sont issus de notre communauté émigrée qui viennent voir leurs familles), contre 10,28 millions de touristes au Maroc, 9,63 millions en Égypte et 6 millions en Tunisie. Ces chiffres émanent de la Banque mondiale. Les recettes touristiques de l’Algérie atteignent à peine 350 millions de dollars chaque année en moyenne, contre plus de 8 milliards de dollars au Maroc, selon la même source. Les revenus liés au tourisme ne dépassent pas les 10 % du produit intérieur brut, selon un rapport de l’Organisation mondiale du tourisme. Le pays a pourtant d’importants atouts touristiques.

Outre un beau littoral, l’Algérie dispose de vastes attractions touristiques dont notamment le Sahara, le deuxième plus grand désert au monde. Parmi les endroits les plus prestigieux du Sahara figurent Tamanrasset, Timimoun, Djanet, Ouargla, Taghit et Beni Abbès. L’Algérie compte une dizaine de parcs hautement touristiques parmi lesquels le Tassili ou l’Ahaggar, Chréa, El-Kala, Taza, Theniet El-Had, Tlemcen, ainsi que les montagnes de Kabylie (Djurdjura, Gouraya et Tikjda). La Casbah d’Alger est également un lieu de visite classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le premier problème à régler est de lutter contre l’intolérance dans la société. Vous imaginez qu’une touriste étrangère se balade à Alger où dans les villes de l’intérieur du pays en short ou en mini-jupe ? Elle sera harcelée et intimidée tout au long de son séjour», souligne de prime abord un enseignant en sociologie à l’université d’Alger. M. Bessah, un ancien cadre de l’ONAT pointe du doigt un autre problème : «Le plus grand handicap du secteur touristique en Algérie reste l’inadaptation des formations aux métiers du Tourisme et la pénurie de personnel qualifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *